Posted in Pessac

Un fragile monarque face à l’Histoire

Un fragile monarque face à l’Histoire Posted on 24/11/2017

Tom Hooper raconte la rencontre du roi bègue George VI avec un orthophoniste atypique qui l’aida à s’adresser au peuple britannique à l’aube de la seconde guerre mondiale. Un casting quatre étoiles se met au service de ce biopic royal.

Un bégaiement apparu à l’enfance, un discours à déclamer et un micro ouvert sur tout l’empire britannique. Voilà de quoi donner des sueurs froides au futur roi George VI, le bègue le plus célèbre de toute l’Histoire d’Angleterre. Pour parvenir à vaincre son défaut d’élocution, l’impulsif Duc d’York rencontre Lionel Logue, thérapeute flegmatique et drôle, tendre et irrévérencieux. Tom Hooper livre le récit de cette partie méconnue de l’Histoire britannique dans un biopic captivant.

Dès la première scène de son film, avec ses plans sombres et épurés, seulement habillés par quelques notes de piano, le réalisateur britannique plonge le spectateur dans une atmosphère dramatique. Nous sommes suspendus aux lèvres royales qui trébuchent sur chaque mot. Tom Hooper use de nombreux plans rapprochés où le regard des personnages bute contre l’écran et celui du spectateur se perd dans l’espace laissé vide. Ce décalage dans l’image crée un malaise et rapproche un peu plus le spectateur de George VI et de ses tourments.

L’interprétation de Colin Firth est irréprochable. Sur son visage grimaçant se lit la souffrance de ce monarque très nerveux, grand fumeur, abîmé par ce défaut de prononciation qu’il désespère de pouvoir gommer. On retrouve à ses côtés des valeurs sûres du cinéma britannique, nées sur les planches londoniennes. Helena Bonham Carter, Michael Gambon, Derek Jacobi maîtrisent leur art, sans fantaisie ni fioritures. Si Timothy Spall n’a rien d’un sosie de Winston Churchill, il parvient à donner le change avec sa voix troublante.

Geoffrey Rush joue avec une si grande justesse le rôle de Lionel Logue qu’on peut se demander si ce n’est pas lui le vrai héros du film. Impossible de résister à la puissance comique des échanges entre le roi et le docteur. Leurs répliques sont vernies d’un humour cinglant, typiquement anglais : « Vous connaissez des blagues ? », demande le docteur, « la chute n’arrive jamais à temps » répond le patient.

Benjamin Aguillon

 

Le discours d’un roi, film anglais de Tom Hooper, 1h58. Sorti le 2 février 2011.